fond hivernales du festival

George Dandin ou le Mari confondu De Molière et Lully

Date

jeu 07 janvier 20h00

ven 08 janvier 20h00

Lieu

Grand-Théâtre d'Angers

Heure

1h30

Réserver le spectacle Réserver

Metteur en scène

Michel Fau

Distribution

Avec :
7 comédiens : Alka Balbir, Armel Cazedepats, Michel Fau, Philippe Girard, Anne-Guersande Ledoux, Florent Hu, Nathalie Savary

4 chanteurs en alternance : Cécile Achille / Caroline Arnaud ; Juliette Perret / Virginie Thomas ; David Ghilardi / François-Olivier Jean ; Virgile Ancely / David Witczak / Cyril Costanzo

8 musiciens de l’Ensemble Marguerite Louise en alternance : Emmanuel Resche-Caserta dessus de violon et direction; Fiona-Emilie Poupard / Tami Troman / David Rabinovici / Théotime Langlois de Swarte dessus de violon ; Satryo Yudomartono / Patrizio Germone haute-contre de violon ; Robin Pharo / Marion Martineau viole de gambe ; Sébastien Marq / Victoire Felloneau / Julien Martin flûte ; Lucile Tessier / Evolène Kiener basson et flûte
Etienne Galletier / Thibaut Roussel théorbe ; Gaétan Jarry clavecin et direction ; Loris Barrucand clavecin

Direction musicale : Gaétan Jarry
Costumes : Christian Lacroix
Décors : Emmanuel Charles
Lumières : Joël Fabing
Maquillage : Pascale Fau
Coiffes et perruques : Véronique Soulier Nguyen avec la collaboration de la Maison Messaï
Assistant à la mise en scène : Damien Lefèvre
Assistant costumes : Jean-Philippe Pons
Stagiaires assistants à la mise en scène : Barthélémy Fortier et Sacha Vilmar

Mentions obligatoires :
Production C.I.C.T. – Théâtre des Bouffes du Nord
Coproduction Théâtre de Suresnes – Jean Vilar ; Opéra Royal – Château de Versailles Spectacles ; Théâtre de Caen ; Atelier Théâtre
Jean Vilar – Louvain-la-Neuve ; Festival de Sablé – L’Entracte, scène conventionnée ; Théâtre de Compiègne.
Avec la participation artistique du Jeune Théâtre National
Remerciements Opéra national de Paris- Direction Stéphane Lissner ; Opéra National de Bordeaux

Résumé

On peut tout acheter, sauf l’amour. George Dandin va l’apprendre à ses dépens. Le riche paysan va racheter les dettes des Sotenville en l’échange de la main de leur fille et de son titre de noblesse. Devenu Monsieur de la Dandinière, il aura pourtant le plus grand mal pour gagner le cœur et le lit de sa jeune femme. Opposée à cette union, cette dernière n’aura de cesse de lui afficher son mépris et de le rappeler à sa condition.

Note d’intention

Dans ce conte féroce Molière mélange différents genres théâtraux : la farce gauloise, la critique sociale, la comédie de moeurs, la tragédie furieuse… tout cela porté par la partition savante de Lully. Cette satire en musique n’est faite que de contrastes : un langage familier et populaire côtoie un langage recherché et noble.

Molière nous raconte ici que le mariage est un marché dans lequel l’amour n’a pas de part – puisque Dandin en épousant Angélique de Sotenville, a échangé un titre contre sa fortune – et que pourtant le marié s’acharne à revendiquer l’amour et la fidélité de sa femme. Dandin représente la bourgeoisie commerçante ridiculisée par la noblesse ruinée, mais aussi par ses valets grotesques et avant tout par lui-même ! Car il sait qu’il est responsable de la situation, il est son propre ennemi… tout au long de la pièce il s’accuse lui-même dans une longue plainte tragique, qui se doit de faire rire les spectateurs. Le public vient voir un mari jaloux et cocu se faire humilier ! La situation du mari bafoué se répète trois fois comme une torture récurrente, les vers raffinés écrits par Molière pour les intermèdes musicaux ne font que prolonger ce vertige ; ils ne sont pas une illustration de la farce mais son contrepoint. Quand la comédie parle d’infidélité, la pastorale parle de fidélité ; quand l’une se moque des nobliaux provinciaux, l’autre idéalise la noblesse de cour représentée par les bergers. Ces divertissements commencent toujours par s’adresser à Dandin, qui est trop aveuglé par son désespoir égoïste pour en tirer leçon… le point commun de la pièce et de ses entractes est qu’Angélique et Dandin, comme les bergers menacent de se suicider. Les intermèdes changent carrément la fin de l’intrigue car plutôt que de se noyer, Dandin choisit de noyer son chagrin dans l’alcool pendant le final à la gloire de Bacchus. Même si la pièce reste immorale puisque le mal triomphe, elle dit avant tout que l’on peut tout acheter sauf l’amour…c’est là qu’elle reste intemporelle. Pour mettre en abime cette fable à la fois douloureuse, burlesque et obsessionnelle nous choisirons d’assumer une esthétique baroque et cauchemardesque…

Michel Fau

Toute la programmation